Principes moraux: différentes réponses à «Qu'est-ce qui est bon?»

Depuis le temps où les premiers grands philosophes de la Grèce antique écrivaient leurs pensées, l'humanité a lutté avec le concept et l'application de la morale. La moralité est la ligne de pensée qui questionne et décide si certains comportements et intentions sont intrinsèquement bons ou mauvais.

Source: rawpixel.com

À travers les âges, de nombreuses définitions différentes des principes moraux ont surgi et se sont répandues dans les domaines qui deviendraient éventuellement la psychologie moderne. De nos jours, les gens sont tout aussi susceptibles de vouloir définir la pensée et le comportement moraux. Ils recherchent la définition des principes moraux et éprouvent même parfois une panique morale. Il est donc important d'explorer différents principes moraux et d'avoir une bonne compréhension des différentes idées de philosophie morale qui pourraient guider votre vie.



Mais quels sont ces différents principes moraux, comment peuvent-ils être prouvés et comment s'appliquent-ils à nous aujourd'hui? Jetons un coup d'œil et découvrons-le!

Quels sont les principes moraux?

La moralité examine le principe selon lequel le comportement est régi par ce que nous considérons être bien et mal. Mais comment pouvons-nous définir les principes moraux d'une manière qui corresponde à notre sens moral de ce qui est bien et de ce qui est mal?

La philosophie morale est le domaine d'étude qui cherche à répondre à cette question. Les philosophes moraux remettent constamment en question chaque principe moral qui dirige le comportement d'une personne et essaient de prouver la preuve ou l'absence de principes moraux universels. Jetons un coup d'œil à quelques-unes des principales pensées et mouvements qui ont contribué à façonner la philosophie morale à travers les siècles.


Qu'est-ce que l'absolutisme moral?

L'absolutisme moral est la proposition qu'il existe des principes moraux absolus qui rendent une personne bonne ou mauvaise. Cela signifie que la moralité est universelle; il y a un essai & ldquo; right & rdquo; et & ldquo; faux & rdquo; cela s'applique à chaque personne, peu importe qui elle est. Les philosophes moraux de la Grèce antique Platon et Aristote tenaient à l'absolutisme moral. Le philosophe des Lumières, Emmanuel Kant, était aussi un grand partisan de l'absolutisme moral.

Dans cette philosophie morale, certaines choses sont bonnes et mauvaises. Ces absolus sont fondés sur une obligation morale envers la société. De nombreuses religions sont basées sur l'absolutisme moral, où chaque agent moral, ou personne, est responsable d'un dieu ou d'une puissance supérieure. Le dieu ou puissance supérieure établit un code absolu de principes moraux et d'éthique, et pour vivre une bonne vie, il faut adhérer absolument à ces principes moraux. Le sens moral du bien et du mal peut également venir de la société, qui définit les paramètres du bon et du mauvais comportement.

Dans l'absolutisme moral, il y a un certain recul à la philosophie morale. L'exemple classique est, & ldquo; Est-il acceptable de voler? & Rdquo; La plupart des gens diraient: 'Absolument pas!' Mais que se passe-t-il si quelqu'un vole du pain pour nourrir sa famille affamée? Dans ce cas, la philosophie morale et le sens de l'obligation morale deviennent un peu confus. Il n'y a pas de & ldquo; droit & rdquo; réponse vue entièrement à travers le prisme d'une obligation morale absolue. À la suite de cette ambiguïté, la réaction d'un absolutisme graduel a émergé.


L'absolutisme gradué, un sous-ensemble de l'absolutisme moral, est une philosophie morale qui soutient que les principes moraux existent sur une échelle. Par exemple, si vous hébergez une personne innocente d'un fonctionnaire du gouvernement qui veut les tuer, alors il n'y a rien de mal à mentir au fonctionnaire. En effet, les principes moraux notés affirment que mentir à un meurtrier potentiel est acceptable, du moment que c'est pour sauver une personne innocente. Certains diront même que vous avez l'obligation morale de mentir et de protéger la vie innocente.

Frank Buchman et le réarmement moral

L'un des mouvements modernes les plus notables de l'absolutisme moral était le réarmement moral dans les années 1930. Le réarmement moral était un mouvement dirigé par Frank Buchman, un homme américain qui était populaire pour son influence dans l'église. Il a affirmé qu'une adhésion personnelle à des principes moraux absolus, en particulier ceux décrits dans le christianisme, rendrait le monde meilleur. L'idée de base du réarmement moral était que si les individus agissaient selon des principes moraux absolus à un niveau personnel, alors le monde entier bénéficierait de la paix qui allait certainement suivre. Ainsi, chaque personne pourrait prendre un sens moral de responsabilité pour le bien-être du monde entier.

Source: rawpixel.com

Qu'est-ce que le relativisme moral?

De l'autre côté du spectre de l'absolutisme moral se trouve le relativisme moral. Le relativisme moral prétend qu'il n'y a aucun moyen de dire qu'une action ou un comportement est intrinsèquement bon ou mauvais. Au lieu de cela, ce qui est juste et ce qui ne va pas dépend de la culture, de la société et de la compréhension dans lesquelles les principes moraux sont appliqués.

Par exemple, alors que les gens du monde entier peuvent convenir qu'il est bon de traiter les autres de la même manière que vous aimeriez être traité, les comportements réels et l'obligation morale que cela implique différeraient considérablement d'une culture à l'autre et d'une société à l'autre.

Le relativisme moral est une idée des philosophes moraux remontant au 5esiècle avant notre ère. L'historien grec Hérodote raconte une histoire où le roi perse Darius le Grand oppose les rites funéraires de deux cultures. Il demande aux Grecs de présenter s'ils mangeraient jamais les corps de leurs pères morts; il a offert des sommes d'argent obscènes à quiconque le faisait. Tous ont dit qu'ils ne le feraient jamais parce que c'était faux et totalement contraire à leurs principes moraux. Cependant, c'était la coutume funéraire des Callatiae. Le roi Darius a alors demandé aux Callatiae s'ils allaient un jour incinérer leurs morts comme le faisaient les Grecs. Ils ont également dit qu'ils ne le feraient absolument pas parce que c'était moralement mauvais. Voyant et enregistrant cette interaction, Hérodote nota,

«Si quelqu'un, peu importe qui avait la possibilité de choisir parmi toutes les nations du monde l'ensemble des croyances qu'il jugeait le mieux, il choisirait inévitablement - après avoir soigneusement examiné leurs mérites relatifs - celui de son propre pays. Tout le monde, sans exception, croit que ses coutumes natales et la religion dans laquelle il a été élevé sont les meilleures, et cela étant, il est peu probable que quiconque, sauf un fou, se moque de telles choses. Il existe de nombreuses preuves que c'est le sentiment universel concernant les anciennes coutumes d'un pays. & Rdquo; (D'après Histoires 3.38, traduit par Aubrey deSelincourt)

Le relativisme moral a parcouru un long chemin depuis lors, et le 20esiècle et la révolution industrielle, ainsi que la mondialisation croissante, ont vu son essor. Des philosophes moraux tels que Franz Boas et Ruth Benedict, inspirés et s'inspirant des travaux d'anthropologues culturels tels que Margaret Mead, ont contribué au domaine du relativisme moral. Ils ont présenté des ouvrages qui expliquent la nécessité d'un contexte culturel, historique et sociétal lorsqu'il s'agit d'évaluer si les principes moraux et certains comportements sont bons ou mauvais.

Qu'est-ce que le nihilisme moral?

Le nihilisme moral est la croyance que les principes moraux ne peuvent être classés comme bons ou mauvais. Au lieu de cela, tous les principes d'un organisme ou les décisions relatives au comportement sont «nébuleux», & rdquo; sans définition et sans sens d'obligation morale. Il a ses toutes premières racines dans les sceptiques de la Grèce antique, dont les philosophes moraux soutenaient que, puisque la vraie connaissance est impossible à connaître, il n'est donc pas possible de définir un comportement éthique ou moral vraiment correct.

Le nihilisme moral est défendu par les philosophes moraux Friedrich Nietzsche et Albert Camus, parmi tant d'autres. Ils affirment que personne n'a d'obligation morale envers les autres dans leur société et que la recherche d'une définition correcte du principe ou d'une définition de l'obligation morale est essentiellement vaine. L'idée générale qu'il n'y a rien d'objectivement vrai ou structuré dans le monde conduit à la conclusion que l'éthique et la morale ne peuvent pas non plus être vraies ou structurées.

Alors qu'à première vue, il peut sembler déprimant ou décourageant d'accepter le nihilisme moral, Camus écrit sur une sorte de liberté qui vient avec l'accepter. Il écrit à ce sujet dans sa pièceLe mythe de Sisyphe, où il dit que même celui qui vit une vie sans progrès ou sens perçu peut être heureux dans la quête de créer son sens à travers tout cela.

Source: rawpixel.com

Laquelle est correcte?

Il y a tellement d'idées concurrentes entre les philosophes moraux en ce qui concerne le 'correct'. définition des principes moraux. Chaque personne doit choisir elle-même à quelle définition des principes moraux elle choisira d'adhérer. Leur sens moral du bien et du mal les amènera à s'identifier à un principe moral clair sur lequel le comportement sera basé.

Ironiquement, cette réponse est presque l'équivalent du relativisme moral. Cependant, celui qui croit et adhère à ce qu'il perçoit comme une norme morale et éthique universelle peut ne pas accepter cette définition des principes moraux. Cependant, on perçoit leur obligation morale, qu'elle soit absolue ou inexistante, il est impossible de cerner une définition correcte du principe moral.

Pourquoi est-ce important pour moi?

La morale de l'histoire est que nos principes moraux déterminent comment nous agissons envers nous-mêmes et envers les autres. Ainsi, pour vivre en harmonie avec vous-même et les autres, vous devez explorer vos principes moraux, ainsi que les écoles de pensée concurrentes sur les principes moraux. De cette façon, vous serez en mesure d'identifier et d'expliquer comment et pourquoi vous vous comportez comme vous le faites. Cette capacité à comprendre et à articuler vos principes moraux mènera à une meilleure compréhension de vous-même, de votre comportement, des autres et de leur comportement.

Dans l'ensemble, un solide ancrage dans les principes moraux vous permettra de vivre votre vie comme le «bon». la personne que vous voulez être!